Le massacre du printemps : pièce de théâtre sur l’accompagnement à Alfortville

Le massacre du printemps est une pièce qui aborde la complexe question de l’accompagnement à la fin de vie et de nos réactions se mettant en œuvre – ou non – pendant cette période pour y faire face : douleur, colère, sourire, projections, rancune, rancoeur, fantasmes, évasion par le mouvement ou la musique… On y retrouve ainsi de nombreux thèmes : les soins palliatifs, l’univers de l’hôpital, la relation patient/aidant/soignant, la perte d’un proche et de ses repères, la confrontation à la maladie et à la mort lorsqu’on l’est – trop – jeune, etc.

La troupe de théâtre nous fait traverser toute une palette d’émotions, avec bruit et fureur ; c’est un peu la rencontre entre le déjanté d’une musicalité rock et la gravité de la fin de vie. Lorsque l’on évoque la perte d’un proche, d’un parent, le deuil qui s’en suit et la manière dont on peut y faire face, la dernière étape d’un cheminement intérieur est souvent celle de la résilience. Cette pièce nous montre et prouve qu’un autre chemin est possible : celui de la transcendance.

«Il m’est arrivé d’accompagner dans ma vie, des gens en fin de vie. Des combattants sans monument aux morts. J’ai acquis ainsi une certaine maturité, j’ai mûri d’un seul coup, un peu trop, un peu vite. Je fête ce soir mes 34 ans et j’ai l’apparence d’une femme de 90 ans. Je fume, je danse, je bois du champagne, mais c’est étrange, j’ai l’impression qu’on me regarde bizarrement.  Je fais exactement ce que Molière a fait: L’art de la médecine est incapable de soigner sa mère, il écrit le Médecin malgré lui. La technologie médicale est incapable de soigner la mienne, je secoue le théâtre. En 2016 ça ne sera pas en alexandrins ». ELSA GRANAT, auteur et metteur en scène.

Cela se passe au Théâtre Studio 16 rue Marcelin Berthelot 94 140 Alfortville.

C’est jusqu’au 15 mars DU LUNDI AU VENDREDI À 20H30. LES SAMEDIS À 17H ET 20H30