Les candidats à la présidentielle en parlent !

A J-3 du premier tour de la présidentielle, nous avons regardé en quoi les programmes des candidats contribuaient à une meilleure prise en compte des aidants dans la société. 2017 peut-il marquer un tournant pour les aidants ? Bénéficieront-ils d’un meilleur accompagnement ? Deviendront-ils un sujet de société majeur ? Ou bien 8.3 millions de français resteront-ils invisibles aux yeux du futur Chef de l’Etat et de son gouvernement ?

L’étude comparative qui a été menée s’appuie principalement sur les programmes des candidats, mais aussi sur les textes disponibles sur leurs sites et de quelques-unes de leurs déclarations. Afin d’évoquer l’ensemble de la problématique des aidants, nous avons également comparé les projets présidentiels par leurs propositions sur le handicap, leurs engagements sur la perte d’autonomie et sur les grands axes de leur politique de santé.

Regardons comment les programmes s’affrontent sur ce sujet !

Les thèmes qui reviennent le plus sur la prise en compte des aidants sont les suivants : formations des aidants/VAE, répit, développement de lieux de ressources pour les aidants, plus de places d'hébergement temporaire, reconnaissance/statut mais avec des positions et de mesures souvent assez floues. Certains thèmes n’ont pas trouvé leur place au sein des programmes. L’Association Française des Aidants déplore ainsi qu’il ne soit fait aucune référence aux jeunes aidants ainsi qu’à la relation entre les professionnels de santé et aidants. Mais pour d’autres, un véritable effort d’écoute des propositions faites par les aidants et leurs représentants a été mené.

De manière plus globale, nous avons relevé des points de convergences : augmentation ou suppression du numerus closus, stopper la précarité des emplois d’accompagnement des enfants handicapés, respect du désir de vivre à domicile des personnes, défendre la réelle effectivité des obligations des entreprises relatives aux travailleurs handicapés et lutter contre les déserts médicaux. Par ailleurs, presque tous les candidats proposent d’augmenter l’AAH, l’APA, et le minimum vieillesse.

L’association Française des Aidants vous donne ci-dessous un engagement particulièrement marquant pour chaque candidat.

Nathalie Arthaud
La candidate communiste propose de « faire des services à la personnes un service public ». La collectivité doit notamment prendre en charge la perte d’autonomie.

François Asselineau
Dans son projet de libération nationale, le candidat souhaite assurer une « prise en charge de la maladie à 100% par la Sécurité Sociale »

Jacques Cheminade
Il souhaite « mener un combat sans relâche pour une mobilisation nationale autour du vieillissement et une revalorisation du rôle des personnes âgées »

Nicolas Dupont-Aignan
Le candidat de « Debout la France » et le seul à vouloir « mieux prendre en compte la santé des aidants »

François Fillon
Il propose des « moniteurs de services, chargés d’informer les personnes âgées et leurs familles, de coordonner la prise en charge et de contrôler la qualité des services »

Benoit Hamon
Le candidat socialiste complète son revenu universel en favorisant la conciliation de la vie professionnelle et personnelle des aidants

Jean Lassalle
A travers « Resistons ! », il milite pour scolarisation plus juste de l’école pour les enfants handicapés et propose de former les professeurs à l’accompagnement de ces élèves

Marine Le Pen
Elle souhaite augmenter le système de cotisation de retraite pour les aidants qui cessent leur activité pour s’occuper un proche dépendant

Emmanuel Macron
Le créateur d’En Marche ! veut « encourager le baluchonnage » pour rendre plus effectif le droit au répit des aidants

Jean-Luc Mélenchon
Le candidat de la « France insoumise » indique que la mission d’intérêt général qu’effectuent les aidants, dès lors qu’elle est librement choisie, doit être reconnue.

Philippe Poutou
Le représentant du NPA demande la « gratuité des soins de santé, des médicaments prescrits et utiles et d’appareillage »